Le Ghosting : un phénomène de plus en plus répandu dans le monde du travail

Le « Ghosting » : définition

Le terme « Ghosting » est tiré de l’anglais « Ghost » (fantôme) et signifie « disparaître sans laisser aucune trace ». Dans le cadre d’un recrutement, le « Ghosting » se traduit par le fait qu’un candidat ne va subitement plus donner suite au processus et ne plus répondre aux messages. Cette situation peut même se produire suite à des entretiens et des échanges téléphoniques.

Les secteurs touchés par le phénomène

Il est constaté que ce phénomène tend à se répandre de plus en plus, notamment dans les secteurs où les embauches ne cessent d’augmenter comme les métiers du « Data-scientisme » ou du développement informatique. Kilian, un jeune développeur de 29 ans raconte : « Quand j’ai débuté, je passais 5 ou 6 entretiens par semaine facile, j’avais l’embarras du choix et c’est vrai que je ne prenais pas forcément la peine de répondre à toutes les boîtes qui me rappelaient. Je n’avais pas le temps ! ».

Le secteur du bâtiment est également touché par le « Ghosting » nous explique Gabriel, artisan ébéniste : « J’ai un mal fou à recruter ! Et même quand j’y parviens, je ne suis jamais à l’abri de me faire planter du jour au lendemain ».

Les causes du « Ghosting »

Le « Ghosting » est un comportement que certains ont adopté suite à un manque de respect de la part des recruteurs. Sophie, 28 ans, Data Scientist dans une agence parisienne, nous informe : « J’ai vu ma grande sœur, au chômage durant 8 mois, pleurer parce qu’après plusieurs entretiens, les entreprises ne la rappelaient tout simplement jamais. Personnellement, je trouve que ce n’est qu’un juste retour des choses ».

Par ailleurs, le « Ghosting » s’est développé à cause de l’impatience de plus en plus croissante des candidats. En effet, la longueur moyenne du processus de recrutement en France est de 5 semaines avec 2 à 3 entretiens en moyenne, ce qui est trop long pour Sophie : « Un recruteur qui sait ce qu’il veut devrait être en mesure de choisir un candidat plus rapidement. Sinon, il s’expose à voir ses candidats favoris s’impatienter ou tout simplement être recrutés par une autre entreprise, plus rapide à faire son choix ».

Un phénomène lié aux nouvelles générations ?

Les nouvelles générations n’ont pas la même perception que les précédentes. En effet, d’après une étude du cabinet Mazars, pour les individus nés après 1980 appartenant aux générations Y et Z, les éléments déterminants de bien-être au travail sont la rémunération, la convivialité au sein de l’entreprise et l’intérêt du poste. Par ailleurs, les candidats n’hésitent pas à disparaître s’ils sentent que ces conditions ne sont pas réunies. Kilian confirme : « Si je sens que ça ne va pas le faire, j’arrête tout. Une fois, c’était parce que le recruteur était super rigide sur les horaires, j’ai senti que l’ambiance n’allait pas me plaire alors j’ai décidé de ne pas donner suite. Et j’avoue, je n’ai pas prévenu car c’est plus facile. En fuyant, on s’épargne une conversation difficile au cours de laquelle on doit s’expliquer, se justifier, répondre à des questions auxquelles on n’a même pas forcément de réponses. On ne répond plus parce qu’on n’a pas envie de bosser pour cette boîte. C’est tout. Pas besoin d’explications supplémentaires ».

En outre, selon une enquête LinkedIn, le phénomène du « Ghosting » ne concernerait que des candidats âgés de moins de 35 ans et trouverait sa source dans l’état d’esprit des nouvelles générations : « moins d’engagement dans le milieu professionnel et plus d’individualisme ».

Les Risques du « Ghosting »

Aujourd’hui, à l’ère de la mondialisation et des réseaux sociaux, l’anonymat n’existe plus. De ce fait, que vous soyez en recherche d’emploi ou en activité, si un recruteur que vous avez ignoré vous interpellait en soulignant votre manque de correction, cela pourrait gravement nuire à votre image aux yeux de tout votre réseau. Afin d’éviter cela, nous conseillons aux candidats de prendre leurs responsabilités. En effet, si malgré tout, vous changez d’avis au cours du processus de recrutement, assumez -le et dites-le car cette marque d’honnêteté ne pourra jamais vous être reprochée.

Source : Welcome To The Jungle

Publié le 03/04/2020


Partager sur :

Laisser un commentaire